Pluie de grelons sur Montmartre et la vigne

Publié le par Lyne de Montmartre

C'était le 30 JUIN 2003 à 20  heures, toute la récolte de la vigne de Montmartre allait être détruite
Heureusement, comme toujours en France, la solidarité allait les jouer, les vignerons de la région PACA ont généreusement envoyé du raisin pour faire cette année-là la seule année où le vin de Montmarte allait être buvalbeL'histoire de la vigne : les dernières vendanges :

A en croire une affiche les dernières vendanges eurent lieu en 1902, puis plus rien. Tour à tour, carrières et spéculateurs achèvent vignes et treilles

Plus rien, jusqu’à ce qu’il soit question d’élever, entre une maison qu’Aristide Bruant a vendue, rue Cortot et le Lapin Agile, un immeuble de six ou sept étages. Comme pour le dernier moulin, le Radet, Montmartre se fâche. Tout d’abord le terrain est transformé en square, sous l’égide de Victor Perrot, président de la société d’histoire, des peintres Poulbot, Maurice Neumont et Willette. C’est là que Bruant s’était fait aménager une piste pour faire du vélo, histoire de se décrasser de ses nuits passées au Mirliton, à invectiver les bourgeois

Le pseudo-square ayant vécu, les mêmes et Pierre Labric, journaliste et maire de la Commune libre du Vieux Montmartre, implante une vigne.

En octobre 1934, ils décident de ressusciter la Fête des Vendanges. Les poètes, peintres, artistes et autres humoristes ignorent qu’il faut quatre ans à un pied pour porter ses fruits. Et cette première vendange est vierge. Qu’à cela ne tienne. Albert Lebrun, président de la République, Henri Queuille, ministre de l’Agriculture, recevront quand même la grappe d’honneur présentée par Pierre Labric, car les viticulteurs ont apporté trente tonnes de raisin qui sont distribuées à la population. Et l’année suivante, c’est une vraie récolte. Elle sera vinifiée et déjà vendue aux enchères au profit des p’tits Poulbots et par les soins de la Commune libre, jusqu’à la guerre de 39-45.

Après cette guerre, la municipalité prend tout en main et poursuit la fête traditionnelle, à la date traditionnelle : le premier samedi d’octobre. La municipalité ne reconnaîtra qu’en 1984 la création de Pierre Labric

La vente aux enchères a lieu fin avril. Les caisses de six bouteilles, au couvercle décoré par un artiste local, déversent le produit de la vente dans la caisse des œuvres sociales de l’arrondissement

Publié dans Montmartre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
J'y suis née,y ai vécu jusqu'à 4ans,beaucoup de souvenirs j'y reviens toujours avec nostalgie bravo pour tes articles, à bientôt
Répondre
A
Ayant habité Montmartre (je reste amoureuse du quartier : qui ne le serait pas !) je découvre votre blog avec plaisir.<br /> L'année 2003 a été résolument spéciale !
Répondre
R
Ah merveilleux!!! Le vin de Montmartre est-il bon? Je ne l'ai jamais gouté, savez-vous où l'on pourrait en acheter?
Répondre
L
<br /> rire je ne vousle conseille pas, ou alors, seulement pour servir de vinaigre... oui, à la Commanderie, mais qui n'est ouverte que  pendant les vandanges.. le vin est vendu au profit oeuvres<br /> sociales du 18è et non plus pour les "poulbots" de Montmatre comme cela était voulu à l'origine par le peintre poulbot<br /> <br /> <br />
S
Eh bien... sacrés grelons... ça ne donne pas envie de se promener dans Montmartre...<br /> <br /> Heureusement que le beau temps est revenu... il revient toujours... n'est-ce pas Lyne !!!
Répondre