Réforme de l’orthographe

Publié le par Lyne de Montmartre

Allez Allez...à Vos cahiers, et vos stylos, prêts pour une dictée "rénovée"?

 

 

Les accents circonflexes disparaissent sur le i et  le u sauf en cas de mot ayant la même orthographe un homme mûr

Mais on écrit une femme mure   et le fruit la mure perd son accent alors que précédemment on écrivait une mûre mûre !!

Je me suis laissé aller à un doux sentiment.

Pas de réforme en profondeur de l’accord du participe passé. Seule modification : le participe passé de “laisser” suivi d’un infinitif devient systématiquement invariable. Auparavant, cela dépendait du sujet de l’action exprimée par l’infinitif. 

 

 

Les verbes en “eter” et “eler” doivent se conjuguer sur le modèle d’acheter et de peler. Exceptions : “Appeler” et “jeter” (et leurs composés) car stabilisés par l’usage.

 

 

Le “i” d’oignon ne s’entendait pas. Il passe donc à la casserole !  Est-ce que nous pleurerons moins pour autant?

 

Des perce-neiges !!

Dorénavant, les noms composés prennent la marque du pluriel sur le second élément (des après-skis, des sans-abris, des gratte-ciels…). Et tant pis pour le sens ! Les fleurettes blanches percent plusieurs neiges !

 

un millefeuille au caramel

De nombreux mots composés sont désormais soudés. Cela va de couvrepied à tirebouchon, en passant par weekend, traintrain, mélimélo…

 

 

gâteau

L’accent circonflexe sur le “a” demeure, car on l’entend en prononçant le mot.

 

Avant on écrivait : une douleur aiguë

Maintenant on écrit une douleur aigüe

 

 

 

Nénuphar devient nénufar...Pour quelle raison ? Mystère

 

Vous n’écrirez plus mille cent vingt-deux mais  mille-cent-vingt-deux

Les nombres sont maintenant systématiquement reliés par des traits d’union.

 

 

Vous n’êtes pas encore au point ? Pas de panique, si l’Académie française a approuvé les modifications orthographiques, elle précise néanmoins : “Aucune des deux graphies (ni l’ancienne ni la nouvelle) ne peut être tenue pour fautive.”

C’est plus problématique pour nos enfants. Certains enseignants sont partisans de la réforme, d’autres y sont farouchement opposés. D’une année à l’autre, nos rejetons risquent de jouer au Yo-Yo entre les profs qui l’appliqueront et ceux qui la boycotteront. Cette réforme, censée simplifier l’orthographe, risque donc d’augmenter la confusion chez les élèves qui ont déjà des difficultés dans cette matière

Source : www.femmeactuelle.fr

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Le pédagogue :


La République a élaboré en 1990 une « réforme » relative à des modifications dans l’écriture de quelques mots, à la suppression de quelques traits d’union et à la fin de l’accent sire con flakes (accent circonflexe).
Cette « réforme » élaborée par la République a bien sûr été approuvée par l’Académie Française, puis rangée dans un tiroir.
En fouillant, peut-être par inadvertance, un supplétif de la République est tombé sur la « réforme ».
Il n’y avait pas de poussière car le tiroir n’a jamais été ouvert avant 2016.
La République va donc essayer de mettre en place la « réforme », maintenant que le tiroir a été ouvert.
Les éditeurs des livres scolaires qui ne sont peut-être pas étrangers à l’ouverture du tiroir, sont contents car pour l’accent sire con flakes, des traits d’union, et quelques mots, il va falloir tout rééditer : ils ont attendu vingt-six ans, et espèrent que la gauche caviar va au moins contribuer au démarrage de cette « réforme » de la République, qui va leur rapporter gros.
Il reste à trouver un riche lieu pour l’annoncer !
Répondre